Commissaire du Salon Laurent Quénéhen
Réservé aux plus de 16 ans
Images soumises aux droits d'auteur
© ADAGP



LES ARTISTES
LE SALON 2019 CONTACT LIENS
Salo VII
111 bis boulevard de Ménilmontant, 75011 Paris
Du 13 au 16 Juin 2019
Horaires JVSD : 11h - 20h
Vernissage Mercredi 12 Juin (sur invitation)
Entrée payante à prix libre
Réservé aux plus de 16 ans
lessalaisons@gmail.com


Harold Ambellan, Frédéric Arditi, Maria Arendt, Isabelle Audouard, Eugénie Bachelot Prévert, Clément Balcon, Solène Ballesta, Olivia Barani, Alain Barret & Nana des Bois, Caroline Bartal, Tamina Beausoleil, Anya Belyat Giunta, Nicolas Bernière, Mathieu Bourrillon, Anne Brenner, Louise Brodsky, Amélie Bucher, Yana Bystrova, Marcos Carrasquer, Michel Castaignet, Elsa Cha, Emilie Chaix, Dominique Chazy, Yidan Chen, Human Chuo, Anne Cindric, Maria Clark, Julien Comte-Gaz, Vincent Corpet & Olivier Chebab, Daphne Clairajhat, Julie Dalmon, Odonchimeg Davaadorj, Marielle Degioanni, Manon Delarue, Stéphane Desmaris, Guillaume Dimanche, Aurélie Dubois, Cornelia Eichhorn, Mina El Bakali, Sylvester Engbrox, Céline Excoffon, Jean-Charles Federico, Jean Félix, Anna Foka, Frédéric Fontenoy, Dominique Forest, Maike Freess, Madeleine Froment, Aurélie Galois, Iris Gallarotti, Justine Gasquet, Raziye Ghadimi, Fanny Gosse, Magali Goubert, Guacolda, Josef Hofer, Chloé Julien, Katia Kameneva, Ayako David Kawauchi, Michael Kerbiche, Vanina Langer, Raphaëlle Lavaud-Bonnard, Cendres Lavy, Sébastien Layral, Julien Legars, Frédéric Léglise, Lucas Levon, Carnif Low, Marine Luszpinski, Christine Maigne, Ingrid Maillard, Sandra Martagex, Marie Maurel de Maillé, Marine Médal, Guillaume Millet, Vitaly Molka, Danaé Monseigny, Camille Moravia, Emilie Moutsis, Maho Nakamura, Caramello Nancy Cyneye, Julie Navarro, Sarah Navasse, Rosalie Oakman, Cath Orain, Muriel Patarroni, Saralisa Pegorier, Julie Perin, Johanna Perret, Joël Person, Marianne Pradier, Sophia Proença, Charlotte Puertas, Han Qi, Jérôme Rappanello, Rita Renoir, Jeanne Rimbert, Bertrand Robert, Romuald&PJ, Elizabeth Saint-Jalmes, Sophie Sainrapt, Lisa Salamandra, Karine Salmieri, Cheyenne Schiavone, Lia Schilder, David Scrima, Alice Sfintesco, Misha Sydorenko, Natalie Svit-kona Eïfyran, Raphael Tachdjian, Nathalie Tacheau, Anne-Claire Thevenot, Anne-Marie Toffolo, Maxime Touratier, Céline Tuloup, Anne Van Der Linden, Nadia von Foutre, Luna Vaz, Anne-Sophie Viallon, Jojo Wang, Dominique Weill, Wenjue Zhang, Brankica Zilovic

Focus Chine, commissaire invité : Baozhong Cui
Yufeng Deng, He Dong, Zhangyang Li, Shifang Mei, Zhi Mo, Feihong Ou, Aijun Yu, An Yu, Chi Zhang, Mingming Zhang.






Salo VII

Du 13 au 16 juin 2019 se tient à Paris Salo VII, le septième salon du dessin érotique. Les 137 artistes sélectionnés travaillent de multiples versions d’un imaginaire foisonnant et libérateur. Les artistes femmes venues de tous pays sont majoritaires (75 %) ; se sentant plus visées par des restrictions, elles investissent en force ce domaine. Par ailleurs, un focus réalisé par Baozhong Cui, commissaire d’exposition invité, présente des artistes chinois souvent victimes de la censure dans leur pays. On peut voir dans ce salon des dessins de corps enlacés, d’autres abandonnés sur l’autel du désir. Certains critiques s'obstinent à affirmer qu’il n’y a pas d’art érotique, que toute forme d’art est érotique, c’est pourtant l’art érotique qui est censuré dans bien des pays, notamment en Chine, Iran, Etats Unis et d’autres pays occidentaux. Faites des cubes, des abstractions géométriques, la censure ne viendra pas vous importuner. Gauguin, Schiele, Balthus ne sont pas décrochés des musées à cause de l’agencement de leurs couleurs. Les censeurs confondent image, texte et réalité, cette confusion est schizophrénique. La figuration d’un viol n’est pas un viol et l’on voit trop souvent ceux qui prêchent contre les images se conduire dans la vie comme des êtres obscènes et abuseurs. Salo a des effets salutaires et participe à ce qui est essentiel à la vie en société, comme un point d’équilibre où les extravagances vivent dans leurs représentations. Ce salon répond à des besoins de santé publique, comme toutes les expositions, films, textes, chorégraphies qui questionnent nos fantasmes.
Laurent Quénéhen, commissaire de Salo VII